Il fut condamné aux galères perpétuelles, et moi mis en liberté. Et ce fut alors, dit MonteCristo, que vous vous présentâtes chez moi porteur d'une lettre de l'abbé Busoni . Oui, Excellence, il avait pris à moi un intérêt visible. «Votre état de contrebandier vous perdra, me ditil . si vous sortez d'ici, quittezle. «Mais mon père, demandaije, comment voulezvous que je vive et que je fasse vivre ma pauvre soeur . «Un de mes pénitents, me réponditil, a une grande estime pour moi, et m'a chargé de lui chercher un homme de confiance. sac longchamp pliage porté épaule pas cher Voulezvous être cet homme . je vous adresserai à lui. XLV. La pluie de sang.222 Page 226 Le Comte de MonteCristo, Tome II «Ô mon père . m'écriaije, que de bonté . «Mais vous me jurez que je n'aurai jamais à me repentir. sac imitation longchamp noir » «J'étendis la main pour faire serment. «C'est inutile, ditil, je connais et j'aime les Corses, voici ma recommandation. «Et il écrivit les quelques lignes que je vous remis, et sur lesquelles Votre Excellence eut la bonté de me prendre à son service. Maintenant je le demande avec orgueil à Votre Excellence, atelle jamais eu à se plaindre de moi . Non, répondit le comte . et, je le confesse avec plaisir, vous êtes un bon serviteur, Bertuccio, quoique vous manquiez de confiance. Moi, monsieur le comte . sac longchamp pliage jaquard carreaux noir Oui, vous. Comment se faitil que vous ayez une soeur et un fils adoptif, et que, cependant vous ne m'ayez jamais parlé ni de l'une ni de l'autre . Hélas . Excellence, c'est qu'il me reste à vous dire la partie la plus triste de ma vie. Je partis pour la Corse. J'avais hâte, vous le comprenez bien, de revoir et de consoler ma pauvre soeur . mais quand j'arrivai à Rogliano, je trouvai la maison en deuil .